LES MIDIS DU FESTIVAL

LES MIDIS DU FESTIVAL, CYCLE DE SIX DÉBATS ET RENCONTRES DU 4 AU 20 JUILLET, RÉUNISSENT DES ARTISTES ET DES PROFESSIONNELS AUTOUR DE LA PROGRAMMATION 2024.

Rencontres
ÉCOLE SAINTE-CATHERINE — 20 RUE MIGNET
89131620juillet

Partager

— JEUDI 4 JUILLET À 12H, HÔTEL MAYNIER D'OPPÈDE
DANS LA FABRIQUE DE SAMSON

Un livret de Voltaire qui nous est parvenu intact ; une partition disparue dont on retrouve néanmoins quelques traces dans l’œuvre de Rameau : c’est l’histoire de Samson, fruit de l’une des collaborations les plus fascinantes de l’histoire de l’opéra. Pour lever le voile sur un processus de libre recréation inédit proposé par Raphaël Pichon et Claus Guth, les différents acteurs de cette production reviennent sur la fabrique d’un opéra baroque : comment, inspiré par l’esprit radicalement libre du livret de Voltaire et le génie musical de Rameau, proposer aujourd’hui un scénario sur-mesure, fruit d’un dialogue constant entre la dramaturgie, la direction musicale et la mise en scène ? Que nous dit ce projet audacieux, qui invente une nouvelle œuvre plus qu’il ne la re-crée, de ce que les artistes souhaitent désormais proposer au public ? Trop sulfureux, le livret inspiré par la Bible est mis de côté au XVIIIe siècle : quel sens prennent aujourd’hui ces résonances archaïques pour notre inconscient collectif ? Enfin, Samson se déroule dans un Moyen-Orient marqué par l’opposition de deux peuples : comment l’opéra, à l’opposé de lectures univoques et manichéennes, l’interroge-t-elle à sa manière ?

AVEC LA PARTICIPATION DE : Raphaël Pichon (direction et conception musicales - Samson), Claus Guth (mise en scène, concept et scénario - Samson), Eddy Garaudel (collaborateur à l’écriture - Samson) et Mathis Nitschke (conception son - Samson).
MIDI ANIMÉ PAR TIMOTHÉE PICARD

— LUNDI 8 JUILLET À 12H, ÉCOLE SAINTE-CATHERINE
UN LABORATOIRE POUR LA CRÉATION DE DEMAIN : LA PLURIDISCIPLINARITÉ

Donner du temps à la création, repenser les collaborations entre artistes, réinventer l’exercice du concert : la Résidence Pluridisciplinaire explore un nouveau rapport à la performance. Imaginée par l’Académie du Festival d’Aix, elle ouvre un espace de dialogue inédit entre performeurs, curateurs, metteurs en scène, chorégraphes, compositeurs, dramaturges et artistes. Construite autour de la thématique de la voix – profondément pluridisciplinaire, et résonnant plus largement avec la programmation du Festival –, cette résidence constitue un précieux moment de réflexion et un véritable laboratoire pour la création contemporaine : quelle place est-elle allouée à la création collective aujourd’hui ? Que faut-il réinventer dans le rapport entre les artistes et les publics ? Quel rôle les institutions culturelles jouent-elles dans l’invention de nouvelles formes de performances ?

DÉBAT ET RENCONTRE EN ANGLAIS
AVEC LA PARTICIPATION DE : Piersandra di Matteo (artiste encadrante - Résidence Pluridisciplinaire), Claron McFadden (artiste invitée - Résidence Pluridisciplinaire), Bronwyn Lace (artiste visuelle - The Center for the Less Good Idea), Neo Muyanga (compositeur et artiste d'installation - The Center for the Less Good Idea) et Paul Briottet (directeur adjoint - Académie du Festival d’Aix).
MIDI ANIMÉ PAR CLAIRE FRAYSSE

— MARDI 9 JUILLET À 12H, ÉCOLE SAINTE-CATHERINE
LE BAROQUE AU PRÉSENT

Avec Il ritorno d’Ulisse in patria, Samson et les deux Iphigénie, l’édition 2024 du Festival d’Aix se met au diapason baroque, reflétant le dynamisme incontestable qui caractérise aujourd’hui un répertoire interprété par des artistes d’exception. Invitant plusieurs personnalités de ces productions, cette discussion explore les raisons de ce vif succès : qu’est-ce qui, dans le répertoire baroque, nous touche particulièrement aujourd’hui ? Interpréter ce répertoire soulève également des enjeux techniques très concrets : comment choisit-on un diapason ? Joue-t-on nécessairement sur instrument d’époque ? Le travail avec les instrumentistes et les chanteurs est-il différent dans ce répertoire ? La place des femmes, en particulier dans la direction musicale, est-elle la même que pour d’autres esthétiques ? Enfin : comment évolue aujourd’hui l’écosystème de la musique baroque, entre l’institutionnalisation d’ensembles incontournables, et la nécessité de faire une place aux nouvelles générations ?

AVEC LA PARTICIPATION DE : Emmanuelle Haïm (directrice musicale - Iphigénie en Aulide — Iphigénie en Tauride), Leonardo García Alarcón (directeur musical - Il ritorno d’Ulisse in patria), Camille Delaforge (cheffe d’orchestre en résidence - Résidence Voix) et Caroline Mounier-Vehier (docteure en Études théâtrales).
MIDI ANIMÉ PAR TIMOTHÉE PICARD

— SAMEDI 13 JUILLET À 12H, ÉCOLE SAINTE-CATHERINE
FOCUS SUR UN MÉTIER : RÉGIE

Coordonner depuis l’ombre, à la manière d’un chef d’orchestre invisible, toute la technique d’une production d’opéra : c’est la tâche de la régie de scène, de la régie générale aux lumières en passant par la machinerie et l’audiovisuel. Dès les premiers mois d’un projet, elle vérifie la faisabilité de la mise en scène : construction des décors, montage, transport… En pleine représentation, les régisseurs assurent le lien entre les équipes artistiques et techniques en donnant les différents « top » qui indiquent leurs entrées aux artistes, et à la technique celles des différents effets. La réussite d’une production repose sur leur minutie et leur capacité à anticiper et à s’adapter aux imprévus le jour J. Cette rencontre donne la parole aux chevilles ouvrières de l’opéra, au cœur de la création : comment s’organise concrètement, aux différentes étapes d’une production d’opéra, cette collaboration essentielle avec la mise en scène, la direction musicale, et les équipes techniques, artistiques et de production ? Comment expliquer, enfin, que cette profession soit aujourd’hui majoritairement exercée par des femmes au sein du Festival d’Aix ? Parce qu’elle recrée l’univers à l’échelle humaine, la scène témoigne d’une certaine vision du monde : que nous apprennent également les historiens des arts et des sciences à ce sujet ?

AVEC LA PARTICIPATION DE : Julie Serré (régisseuse de production - Madama Butterfly), Nathalie Plotka (régisseuse de scène - Pelléas et Mélisande), Adrien Rigal (régisseur de scène - Madama Butterfly) et Frédérique Aït-Touati (metteuse en scène et historienne des sciences).
MIDI ANIMÉ PAR DAVID CHRISTOFFEL POUR MÉTACLASSIQUE

— MARDI 16 JUILLET À 12H, ÉCOLE SAINTE-CATHERINE
UN NOUVEL ÂGE D'OR DU CHANT FRANÇAIS

Samson, les deux Iphigénie, Pelléas et Mélisande : l’opéra en langue française est à l’honneur dans l’édition 2024 du Festival d’Aix. Chacune de ces œuvres constitue à sa manière un manifeste, en proposant une réflexion en acte sur l’idéal déclamatoire. De Rameau à Debussy, c’est toute l’alliance du son et du mot qui est réinventée : Samson et les deux Iphigénie articulent étroitement le texte et la partition, quand Pelléas et Mélisande redéfinit les frontières de la phrase musicale en en brouillant les contours. Riche en figures incontournables du chant français mais également portée par des artistes lyriques internationaux dans plusieurs rôles-titres, cette édition témoigne de la richesse de l’opéra en langue française, et invite à interroger ce qui semble constituer un nouvel âge d’or. Éclairé par les artistes lyriques et les chefs de chant de ces opéras, cette rencontre interroge la manière de faire chanter cette langue : peut-on aujourd’hui parler d’une école de chant français ? Existe-t-il un plaisir particulier à chanter dans cette langue ? Dans un contexte artistique international, comment travaille‑t‑on une langue qui n’est pas la sienne ? Comment se forme-t-on ? À quelles difficultés est-on confronté ?

AVEC LA PARTICIPATION DE : Véronique Gens (Clytemnestre - Iphigénie en Aulide), Huw Montague Rendall (Pelléas - Pelléas et Mélisande), Laurent Naouri (Golaud - Pelléas et Mélisande), Lucile Richardot (Geneviève - Pelléas et Mélisande) et Mathieu Pordoy (chef de chant et répétiteur de langue - Pelléas et Mélisande).
MIDI ANIMÉ PAR TIMOTHÉE PICARD

— SAMEDI 20 JUILLET À 12H, ÉCOLE SAINTE-CATHERINE
LES 40 ANS DE L’ORCHESTRE DES JEUNES DE LA MÉDITERRANÉE

Venus de tout le bassin méditerranéen, de jeunes instrumentistes talentueux se retrouvent pour construire ensemble un programme de concert ambitieux et découvrir de nouvelles manières de créer ensemble. Au cœur des sessions symphoniques imaginées par le Festival d’Aix, figure la désormais incontournable composition collective : interrogeant les contours conventionnels du concert, elle célèbre toute la richesse d’une identité méditerranéenne composite, nourrie de la rencontre de jeunes musiciens aux cultures musicales différentes. Afin de fêter les 40 ans de cette aventure, le Festival d’Aix réunit plusieurs générations d'artistes passés par l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée : l’occasion, dans ce débat, d’aborder l’histoire de ce projet inédit, ses valeurs cardinales et sa nécessité dans un contexte géopolitique en crise.

AVEC LA PARTICIPATION DE : Evan Rogister (directeur musical - concert OJM, 20 juillet 2024), un mentor du London Symphony Orchestra et des instrumentistes de l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée.
MIDI ANIMÉ PAR AURORE FLAMION

Midis du Festival

Festival d'Aix-en-Provence 2023 © Laurie Wagner

Dates

jeudi4juillet 2024
Hôtel Maynier d'Oppède12:00
lundi8juillet 2024
ÉCOLE SAINTE-CATHERINE — 20 RUE MIGNET12:00
mardi9juillet 2024
ÉCOLE SAINTE-CATHERINE — 20 RUE MIGNET12:00
samedi13juillet 2024
ÉCOLE SAINTE-CATHERINE — 20 RUE MIGNET12:00
mardi16juillet 2024
ÉCOLE SAINTE-CATHERINE — 20 RUE MIGNET12:00
samedi20juillet 2024
ÉCOLE SAINTE-CATHERINE — 20 RUE MIGNET12:00

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE, SOUS RÉSERVE DES PLACES DISPONIBLES

CES DÉBATS ET RENCONTRES SONT ENREGISTRÉS ET DISPONIBLES SUR #LASCÈNENUMÉRIQUE