DÉPASSER LES FRONTIÈRES AVEC YAZZ AHMED ET RENAUD GARCIA-FONS

Au festival Publié le 21/06/2021
© John Jarrett - Rolf Freiberger

Bousculer les codes et les cordes – c’est le secret de deux artistes à la créativité débordante, qui se produisent en concert vendredi 25 juin dans le cadre d'Aix en juin. Découverte de la trompettiste Yazz Ahmed (en première partie) et du contrebassiste Renaud Garcia-Fons (en deuxième partie), qui mêlent et démêlent les sonorités d’univers étonnants.

 

YAZZ AHMED : NOUVEAU SOUFFLE POUR LE JAZZ

Le renouveau de la scène jazz se fait en dehors des carcans qui semblent parfois l'entourer. La trompettiste et compositrice anglo-bahreïnie Yazz Ahmed s'amuse des codes du genre et invite les chansons pop des états du Golfe ou encore les musiques traditionnelles arabes à se mêler au monde du jazz. Yazz Ahmed se joue des frontières et explore ainsi de nouvelles sonorités en mélangeant influences arabes et occidentales, qu'elle marie à des touches électroniques, délivrant alors ce que certains qualifient de jazz arabe psychédélique.

Cette énergie exploratrice, Yazz Ahmed la tient de son enfance passée au Bahreïn jusqu'à ses neuf ans, puis à Londres. C'est à son retour en Angleterre qu'elle choisit de jouer de la trompette et se frotte à diverses influences : Dizzie Gillespie, Tubby Hates, puis découvre en 1992 l'album Blue Camel de l'artiste libanais Rabih Abou-Khalil. Dès ses premiers pas sur scène, elle questionne les conventions et multiplie les collaborations les plus étonnantes, avec Radiohead, These New Puritans ou encore Joan As Police Woman.

Le mélange des genres musicaux nourrit la créativité de Yazz Ahmed et lui permet de faire entendre sa voix et son récit multiculturel. Alors, elle s'engage pour plus de diversité : elle signe une tribune engagée dans le magazine The Vinyl Factory en 2017, dans laquelle elle alerte les consciences sur la place des femmes dans le jazz. Puis en 2019 sort son album Polyhymnia, composé de six mouvements, chacun consacré à une femme qui l'inspire. On y retrouve ainsi Rosa Parks, Malala Yousafzai, Ruby Bridges, Haifaa al-Mansour, Barbara Thompson et les Suffragettes.

Multi-instrumentiste à la verve créatrice, elle nous ouvre son univers aussi singulier que riche ce vendredi 25 juin à l'Hôtel Maynier d'Oppède. Oscillant entre jazz et musiques électroniques, mêlés d'influences mélodiques et rythmiques orientales, la musique de la trompettiste offre un concert en solo où se révèle une infinie créativité multiculturelle.

Je veux raconter des histoires qu’on ne peut exprimer avec des mots. Voyager vers des étendues, sans savoir lesquelles. La musique nous capture, on ne sait pas où on va, on est absorbé par quelque chose qui nous dépasse.

Renaud Garcia-Fons

RENAUD GARCIA-FONS : UN VOYAGE MUSICAL À LA POINTE (DE L’ARCHET)

Doter une contrebasse de cinq cordes au lieu de quatre, pour un jeu inventif - quelle étrange idée de Renaud Garcia-Fons, contrebassiste classique, jazz et de musiques du monde qui se produit en deuxième partie à l'Hôtel Maynier d'Oppède. Entrer dans son univers, c’est louvoyer entre Orient et Occident, sans se soucier des frontières et des genres.

Un subtil mélange des genres nous plonge dans l’univers cosmopolite de Renaud Garcia-Fons. Pour nous offrir une musique étonnante et bien singulière, il associe musique jazz, classique, folklorique, indienne, orientale, africaine, flamenco... Ce qui l’amène à jouer, composer et improviser avec des artistes d’univers différents, comme l'oudiste tunisien Dhafer Youssef, le pianiste Dorantes et le guitariste Kiko Ruiz, originaires d'Espagne, l’accordéoniste français Jean-Louis Matinier, le joueur turc de kemençe Derya Türkan... S’il multiplie les expériences de soliste, il joue également au sein d’orchestres, comme dans L’Orchestre de contrebasses ou l’Orchestre national de jazz.

Sa formation en contrebasse et son cursus d’études classiques en conservatoires lui ont fourni une base solide pour développer l’originalité de son langage musical. Il s’affranchit rapidement des règles, se forge un style unique et un jeu singulier, qui s’inspirent des techniques d’autres instruments. Sa contrebasse revêt ainsi mille facettes et se fait violon, guitare, percussion, oud ou cithare, au gré de l’artiste. Archet sautillant, cordes pincées avec dextérité font parler son instrument. S’ouvrent alors à l’interprète une palette d’harmonies aux nuances illimitées, une diversité de territoires inexplorés, grâce à son « instrument-orchestre » et l’utilisation de la pédale loop (permettant d’enregistrer des boucles musicales).

Avec tant de cordes à son arc, Renaud Garcia-Fons réussit à introduire de nouvelles sonorités et apporte un souffle nouveau à la musique méditerranéenne. Lorsqu’il joue de la contrebasse, on ne sait plus bien s’il a "mille doigts" ou plusieurs instruments entre les mains, mais il est certain que sa virtuosité est reconnue et célébrée, en témoignent les nombreux prix qu’il a reçus.
 

Pour en savoir plus sur ce concert.
Retrouvez également toute la programmation d'Aix en juin en ligne et sur l'appli.

Vous aimerez aussi

—  Au festival Et vous

À vos agendas

18 janvier : Programmation complète et détaillée sur notre site internet / 25 janvier – 10h : Ouverture des réservations des abonnements / 1er février...

Cour du Théâtre de l'Archevêché © Henry Ely
—  75 ANS Au festival

UNE NOUVELLE HISTOIRE DES DÉBUTS DU FESTIVAL : LES FEMMES QUI ONT FAIT AIX-EN-PROVENCE

La saison 2023 marquera le 75e anniversaire du Festival d’Aix. Gabriel Dussurget (1904-1996) montait en effet en 1948 un « Festival Mozart », qui...