Programme 2018

« La musique ressemble à la vie : elle est le reflet de ses processus. » Wolfgang Rihm

Depuis plus de 70 ans, le Festival d’Aix-en-Provence n’a de cesse de se renouveler sur le plan artistique, d’enrichir sa réputation internationale et d’approfondir son ancrage dans un territoire qu’il sert fièrement. Dédié à la création de productions d’opéra ainsi qu’à l’organisation de concerts de la plus grande qualité, il a pour vocation première de prendre des risques et de collaborer avec des metteurs en scène à la pointe de leur art, des chefs d’orchestre visionnaires – travaillant le plus souvent avec leur propre orchestre –, des distributions de premier ordre et les plus grands compositeurs. Le Festival d’Aix est une planète précieuse qui brille au firmament de la scène internationale.

Je suis fier de participer à l’écriture d’un nouveau chapitre de son histoire prestigieuse et riche des réussites de mes prédécesseurs, nourri par la conviction que l’opéra et la musique des quatre derniers siècles ont un rôle primordial à jouer dans un monde moderne de plus en plus troublé.

Le Festival international du mois de juillet est précédé par un pré-festival, Aix en juin, dédié aux publics locaux. Ces deux programmes comprennent en 2019 de nouvelles initiatives et une foule d’artistes internationaux, d’opéras et de compositeurs présentés pour la première fois au Festival. Cette programmation est directement issue des échanges avec les artistes sur ce qu’ils souhaitaient exprimer aujourd’hui dans ce contexte festivalier. Chefs d’orchestre et metteurs en scène, compositeurs et librettistes ont choisi de travailler ensemble pour créer cette édition, exceptionnelle par sa dynamique contemporaine.

Cette programmation 2019 présente ainsi un caractère très particulier. S’il fallait résumer toutes ces propositions musicales et théâtrales en quelques mots, je choisirais la formule suivante : « La mort sublimée est une célébration de la vie ». Car c’est bien la musique qui prend soin de nous réconcilier avec l’angoisse de notre condition mortelle. Elle s’élève au-dessus des conflits sociopolitiques, les transcende pour nous aider à renouer avec la compassion lorsque les folies de toutes sortes semblent prédominer et que l’espoir paraît hors d’atteinte. En célébrant la vie, nous embrassons le futur et réfléchissons à notre rôle dans sa construction.

Les moyens d’exprimer ces réflexions et ces thématiques sont multiples et un festival est avant tout une magnifique opportunité de découvrir des artistes de premier plan. Qu’ils soient prometteurs ou expérimentés, créateurs ou interprètes, ces artistes nous captivent par leurs visions et leurs interrogations et enrichissent ainsi notre connaissance de la musique, du théâtre et des sujets qui les inspirent.

Parallèlement aux six productions d’opéra présentées cet été, le Festival propose pour la première fois un programme structuré de concerts symphoniques et de musique de chambre en lien direct avec la programmation lyrique, afin d’offrir aux spectateurs une expérience festivalière dans laquelle opéras et concerts sont désormais indissociables.

Une nouvelle série de manifestations intitulée Incises met particulièrement en lumière la musique contemporaine et les compositeurs vivants. Son nom est un hommage au compositeur et chef d’orchestre Pierre Boulez qui a contribué de manière inoubliable à plusieurs éditions du Festival ces vingt dernières années.

Pendant Aix en juin, une initiative appelée Opéra de-ci de-là permet à des jeunes équipes d’artistes de créer des opéras d’une durée de quinze minutes dans des lieux inhabituels. Le traditionnel concert Parade[s] sur le cours Mirabeau est dédié cette année aux oeuvres de Puccini pour marquer l’entrée de ce grand compositeur d’opéra au répertoire du Festival avec son iconique Tosca.

Le Festival est fier de la richesse de ses activités, rendues possibles grâce au soutien passionné de nombreux organismes et individuels qui comprennent notre action et veillent à la continuité de notre mission. Je tiens à leur exprimer ma profonde gratitude pour leur générosité et leur confiance.

Notre public constitue le quatrième mur qui déclenche le Rêve et lui donne son sens. Merci de nous avoir rejoints pour ce nouveau voyage entre découverte et contemplation.

Pierre Audi
Directeur général