— Passerelles

Publiée le 4 juillet 2014

WINTERREISE COMME SOURCE D’INSPIRATION

Winterreise (le Voyage d’Hiver) est un cycle de 24 Lieder composé par Franz Schubert au cours de l’année 1827 sur des poèmes de Wilhelm Müller.

Au cours de l’année, dans le cadre de leur parcours de sensibilisation avec le service éducatif du Festival, les élèves de la classe de 4ème E du collège Jacques Prévert de Saint Victoret ont travaillé autour de oeuvre avec leur professeure de lettres, Mme Guillemette de Rivas.

Ils se sont inspirés des principaux thèmes évoqués dans le Winterreise pour créer leurs propres sonnets.

A l’occasion des représentations de Winterreise, et au fil des prochaines représentations, nous partageons avec vous leurs créations.

Séparation

Vient cet hiver diabolique
Finis les oiseaux et les fleurs
Je suis devenu pathétique
Dans le noir, j’ai tellement peur.
Les chiens aboient, je suis leur proie
Il fait froid, je suis dans l’effroi
Sous la pluie, je dors dans un puits
Dans mon puits, je mourrai d’ennui.
Elle heureuse moi tristesse
Le soir tout était vraiment noir
J’essaie de trouver de l’espoir.
Et mon seul ami est le vent
La neige me sert de compagne
Dans ce village tout est blanc

Paillard Eva

 ——————-

Je t’ai perdue ma bien aimée
Car je ne pouvais plus rester
Et lâché dans cet hiver sombre
Je repensais à ta belle ombre
Puis dans cette mélancolie
A ta vue je me réjouis
Enfin lorsque j’ouvre les yeux
Je redeviens si malheureux
Alors ma vie est si tragique
Que j’en deviens trop lunatique
Car au printemps de la tendresse
Et en hiver plein de tristesse
Je dois maintenant m’en aller
Alors adieu ma bien aimée

Ryad Derkaoui

 

——————-

Depuis que j’ai un certain âge
J’ai choisi de tourner la page
Dans ma douleur j’ai très très peur
Maintenant très triste je meurs

Depuis que tu es partie loin
Je pleure toujours dans mon coin
J’avais toujours mon verre de vin
Des fois je pleure dans mon bain

Je suis sur les bords de la Seine
Tu es maintenant dans les cieux
Je m’imagine nous deux dans les yeux

Mais il me reste plus qu’à me taire
Dehors il y a trop de vent
Toi qui es en dessous de la terre

Rabahi Yanis

A suivre…