— Au festival

Publiée le 8 juin 2020

UNE GRANDE VOIX S’EST ÉTEINTE : HOMMAGE À MADY MESPLÉ

La soprano colorature Mady Mesplé s’est éteinte le 30 mai dernier à Toulouse, sa ville natale, à l’âge de 89 ans. Sa voix légère aux aigus stratosphériques, indissociable de l’entêtant « air des clochettes » de Lakmé de Léo Delibes, et son charisme l’ont amenée sur les plus grandes scènes du monde entier dès le début des années 1960.

Très éclectique et excellente musicienne, elle s’est illustrée aussi bien dans le grand répertoire lyrique que dans les opérettes, l’art du récital et la musique contemporaine avant de se consacrer à l’enseignement et de devenir l’une des porte-voix des personnes atteintes de la maladie de Parkinson dont elle souffrait elle-même. Elle a participé aux premières éditions du Festival d’Aix-en-Provence à l’occasion des représentations de Zémire et Azor d’André Grétry et de l’opéra Téléphone de Gian Carlo Menotti en 1956, des Noces d’Igor Stravinski en 1962 et de la présentation en concert du Quatuor II pour voix, violon, alto et violoncelle de la compositrice Betsy Jolas quatre ans plus tard. Son plus grand succès aixois demeure sans nul doute son irrésistible Zerbinetta dans Ariadne auf Naxos qu’elle a interprétée au Théâtre de l’Archevêché en 1966 aux côtés de Régine Crespin et de José Van Dam.