— Au festival

Published on 16 mai 2013

ROBERT CARSEN, LE MAGICIEN DES SCÈNES

À la veille de l’arrivée des premières équipes à Aix-en-Provence, nous avons eu envie de nous replonger dans l’univers magique et ensorcelant du metteur en scène Robert Carsen, qui montera cette année Rigoletto sur la scène de l’Archevêché … Pour cela, rien de mieux que de l’entendre parler de son métier, et de revoir les vidéos de ses meilleurs spectacles !

(Extrait de l’interview de Robert Carsen pour l’Avant Scène Opéra n°269 en 2012)

« Quel est votre premier travail, lorsque vous abordez un nouveau projet ?

Robert Carsen : Il n’y a pas de règle. Ecouter et lire l’œuvre plusieurs fois, connaître l’univers du compositeur ; sentir ce que cela m’inspire intuitivement. Mon travail avec Ian Burton [qui sera aussi le dramaturge de Rigoletto, NDR] est singulier, différent peut-être d’autres collaborations metteur en scène /dramaturge. Nous travaillons essentiellement sur l’historique de l’ouvrage : sa place dans l’œuvre du compositeur, sa réception ; quelles étaient les intentions du compositeur en écrivant cela à ce moment-là, était-il satisfait de ce qu’il faisait avant, que cherchait-il de neuf ? Ensuite se développent les idées en faisant des croquis, des esquisses et en discutant avec le décorateur – et uniquement avec lui. Puis le projet s’échange, entre discussions avec le dramaturge, l’assistant, ect. Même si on ne sait pas exactement où l’on va, il faut se jeter à l’eau, démarrer quelque chose. (…)

Au théâtre, le spectateur paye pour voir de la réalité déformée. Comprendre la façon dont le librettiste et le compositeur jouent avec cette donnée est fondamental : sommes-nous dans une œuvre réaliste, naturaliste, expressionniste, impressionniste, surréaliste ? Reste qu’au final, l’important n’est pas ce que je veux, mais ce que l’œuvre veut. »

Cinq questions à Robert Carsen :

  • Lisez-vous la musique ?

R.C. : Oui [R. Carsen a étudié le piano, NDR]

  • Si vous étiez un personnage d’opéra ?

R.C. : J’aimerais être un magicien : un mélange entre Oberon, Zoroastre et Tchelio.

  • La pire contrainte de votre métier ?

R.C. : Le temps (soupir).

  • Le plus grand bonheur de votre métier ?

R. C. : La prolongation du temps par la musique et le théâtre.

  • Votre plus beau souvenir lyrique ?

R.C. : La première du Songe d’une nuit d’été à Aix-en-Provence, pendant une belle et longue nuit d’été.

Quelques vidéos des plus beaux spectacles de Robert Carsen :

LE SONGE D’UNE NUIT D’ETE (BRITTEN)

LES CONTES D’HOFFMANN (OFFENCBACH)

DIALOGUE DES CARMELITES (POULENC)

KAŤA KABANOVÁ (JANÁČEK)