— Au festival — Passerelles

Publiée le 25 janvier 2016

Rencontre avec Christophe Honoré

Christophe Honoré
© Jean-Louis Fernandez

Un rendez-vous mémorable pour les jeunes d'Opéra ON et les mécènes du Club Campra

Le 19 janvier, le plateau du Théâtre de l’Archevêché accueillait une rencontre exceptionnelle avec l’une des personnalités phare du Festival d’Aix 2016 : Christophe Honoré. Un « apéro-opéra » qui augure bien du Così fan tutte dont il signera l’été prochain la mise en scène !

Première venue au Festival d’Aix, première production mozartienne : pour Christophe Honoré, ce Così fan tutte aura la fraîcheur des premières fois. Une approche qui fait écho aussi bien à l’enjeu central de cet opéra – l’éveil du désir – qu’aux affinités électives de cet artiste polymorphe. « J’aime privilégier le tremblement, le vacillement, plutôt que la maîtrise. Ce fonctionnement, qui a quelque chose d’adolescent, je le retrouve dans mon travail aussi bien à l’opéra qu’au théâtre ou au cinéma… ». Devant la centaine de personnes réunies pour l’occasion, le metteur en scène expose sa vision de l’œuvre, qu’il transposera dans l’Erythrée coloniale sous Mussolini pour en faire le lieu d’une réflexion sur le rapport à l’autre, l’étranger.

Le rapport à la création cinématographique transparaît dans plusieurs questions du public, qui connaît Christophe Honoré principalement à travers ses films. Plus habitué aux plateaux de tournage qu’aux salles d’opéra, ce dernier ne se cache pas de devoir à son expérience de cinéaste certains aspects de son approche de la mise en scène.

                           

Je suis très exigent sur des détails très réalistes qui viennent du cinéma, peut-être pas tant pour les spectateurs que pour les acteurs, pour les mettre dans une ambiance particulière.

Christophe Honoré

De plans séquences en final cut, et d’Antonioni à Depardon, de nombreuses références cinéphiliques sont également évoqués au gré de la rencontre… au point d’utiliser une fameuse scène de Bande à part de Jean-Luc Godard comme image de la découverte d’une œuvre d’art – et donc de l’opéra : 

                              

Il y a cent raisons d’aller au spectacle. Pour certains, c’est d’écouter ; pour d’autres, il s’agira de voir Così fan tutte comme une course-poursuite au Musée du Louvre…

Christophe Honoré

Depuis quelques années déjà, la formule « apéro-opéra » est devenue l’un des rendez-vous incontournable d’Opéra ON, le programme jeunes du Festival. Chacune de ces soirées propose de découvrir l’une des œuvres à l’affiche, dans un lieu et sous une forme chaque fois différente, et se termine par un moment convivial autour d’un verre. Pour la première fois, les étudiants et jeunes actifs étaient rejoints par plusieurs mécènes membres du Club Campra. Ce club, constitué d’une trentaine d’entreprises régionales soucieuses de soutenir le Festival et ses actions menées sur le territoire, se réunit tout au long de l’année autour de temps forts avec le parcours « Opéra en entreprise ». Ravis de l’expérience, ces participants ont manifesté leur plaisir de découvrir la programmation sous un nouvel angle, en se mêlant à un public jeune et enthousiaste. Une expérience à réitérer !

                       

Je ne suis jamais allé à l’opéra, mais cette soirée était vraiment intéressante et m’a donné envie de voir le spectacle, de participer aux ateliers proposés avec Opéra ON, d’être figurant… on a envie de tout faire !

Bastien, inscrit à Opéra ON

                          

J’ai apprécié le contact simple et chaleureux de Christophe Honoré. Cette rencontre nous a offert une bonne vision de son cheminement artistique pour élaborer sa mise en scène.

Frédérique Paix (Roland Paix Traiteur), mécène membre du Club Campra