La Flûte enchantée 2014 © Pascal Victor / Artcompress
La Flûte enchantée 2014 © Pascal Victor / Artcompress

LES SONS ENCHANTÉS : À VOUS DE JOUER !

Lundi 14 juillet 2014

Ruth Sullivan a un métier tout à fait atypique à l’opéra : elle réalise à vue, sur le plateau du Grand Théâtre de Provence, tous les bruitages qui accompagnent les dialogues de La Flûte enchantée. Les effets visuels qui composent cet univers magique, en transformation perpétuelle, sont eux aussi réalisés à vue, de l’autre côté de la scène. Le processus de création se donne ainsi à voir dans cette production féérique de Simon McBurney.

Ruth dispose de très nombreux instruments, simples ou sophistiqués, qui sont disposés dans une grande boîte en verre placée sur le plateau, à cour – c’est-à-dire du côté droit de la scène pour le public. Les sons qu’elle crée ainsi, et qui accompagnent les dialogues parlés deLa Flûte enchantée, sont pour la plupart amplifiés grâce à des microphones.

Entrons en compagnie de Ruth dans sa boîte magique qui lui permet de réaliser des atmosphères étranges, d’évoquer un climat fantastique ou une transformation magique. 

Située à l’avant-scène, la cabine d’effets sonores de La Flûte enchantée contient un matériel tout à fait exceptionnel, avec notamment neuf bouteilles de vin, un violon et son archet, un parapluie, des branches d’arbre avec leurs feuilles, de vieilles cassettes vidéo VHS, deux chaines en acier, un cor de chasse, une valise, un sceau en fer, un arrosoir, du papier aluminium, des sacs en plastique froissés et un trousseau de clés.

À vous d’associer une image et le son de l’instrument correspondant !

Et les combinaisons gagnantes sont…

Image 1 / Son C

La grande plaque de métal est frappée pour évoquer une tempête.

Image 2 / Son H

L’attaque du serpent est signifiée par ce sac rempli de petites billes.

Image 3 / Son G

Le bruit des gouttes de pluie est créé par… de l’eau qui tombe délicatement le long de la main !

Image 4 / Son E

Un ressort et une boîte qui amplifie le son suffisent à créer une atmosphère surnaturelle digne de Star Wars !

Image 5 / Son B

La transformation de Papagena, qui, de vieille mégère, devient une belle jeune femme, est accompagnée de l’entrechoc cristallin des diapasons.

Image 6 / Son D

L’arrivée effrayante des trois dames est rendue par des billes dans un coussin.

Image 7 / Son A

Les crépitements du feu sont créés par des pierres qui roulent dans une boîte.

Image 8 / Son I

La mélodie si joyeuse de Papageno, qui joue sur scène sur des bouteilles en plastique, est en fait réalisée par Ruth sur des bouteilles en verre remplies d’eau, à des hauteurs variables.

Image 9 / Son F

La plaque de métal est frottée avec un archet et raclée avec un pique-feu pour créer cette ambiance sourde et menaçante.

Conception et réalisation : Pauline Lambert