— Au festival — Et vous

Publiée le 22 juillet 2014

LA FLÛTE ENCHANTÉE : PLUS QU’UN ENCHANTEMENT, UNE EXPÉRIENCE DE VIE INOUBLIABLE !

Bouleversée par ce qu’elle a vu et entendu sur la scène du Grand Théâtre de Provence à l’occasion de la représentation de La Flûte enchantée, une spectatrice du Festival partage ce témoignage de grande émotion :

“Plus qu’un enchantement, une expérience de vie inoubliable !
Je ne soupçonnais pas, pas une seconde, qu’un opéra pouvait retentir en moi ainsi, me transporter, me transformer. Une émotion si forte qui a fait surgir des sanglots, m’a coupé le souffle au sens propre. La respiration courte, les jambes flageolantes, mon cœur et mon corps ont été bouleversés.
C’est dans cet état que je suis sortie du GTP ce soir de juillet, un vent tiède caressant ma peau, ébranlée, secouée, vivante et heureuse. Heureuse de cette communion du public avec les artistes, de ces bravos, ces applaudissements sincères et longs, on aurait pu, voulu les croire infinis. 1300 personnes debout, émues, heureuses.
Pourquoi cela ? J’ai été étonnée de ma réaction, La Flûte m’a prise par surprise, malgré moi. Je m’attendais à passer un bon moment, écouter un opéra que j’aime, étant attachée aux interprétations classiques, je pensais aussi que la mise en scène contemporaine enlèverait quelque chose à cette musique élégante.
Et bien non, pas du tout, bien au contraire. La variété des techniques utilisées m’a subjuguée. Le décor étoffé par les dessins à la craie, un tableau noir et ces lignes de craie qui rappelle l’enfance, cette main qui les efface en rythme avec la musique, les images projetées sur grand écran, en filigrane, le bruitage incorporé au spectacle, cet opéra est intégré, « holistique ». La technique imbriquée dans le déroulement, les chanteurs osant sortir de l’enclos sacré de la scène pour se mêler aux spectateurs ravis de cette intrusion, une approche très participative qui nous comble et nous rend acteurs. Une fusion s’opère.
L’humour moderne, facétieux, allège les tensions et nous ravit. Arc-en-ciel d’émotions.
Papageno cherche en vain sa Papagena parmi nous, l’orchestre est un lien entre le public est la scène, on est tous main dans la main. C’est magique. C’est inattendu. C’est ainsi qu’est la vie humaine, avancer main dans la main, s’apprécier, interagir malgré les différences, les spécificités de chacun.
La présence de l’équipe technique, ils sont nombreux, ils sont là, on a la chance de les voir,  ils passent de l’ombre à la lumière et peuvent vivre ce temps de communion avec le public, ressentir cette émotion d’être sur scène, applaudis et remerciés d’être partie intégrante (intégrée) de l’équipe artistique.
L’actualité présente (Abou Ghraïb, Guantanamo) mais pas pesante, nous y voyons  les horreurs de ce monde mais aussi la beauté de l’amour. 1791-2014. Intemporalité de cette œuvre… Mozart serait fier et heureux de la savoir si bien montée, interprétée, appréciée.
Le thème de l’œuvre colle à notre temps, Mozart nous aide à fraterniser, à trouver des solutions en coopérant et non en s’opposant stérilement.
Vive la sagesse,  vive la beauté, vive le Festival, vive l’art ! Merci à chaque maillon humain qui a travaillé dur et permet à ce chef-d’œuvre de vivre et de nous transformer, nous nourrir, nous faire réfléchir, nous aider dans notre humble travail d’humain !”

LA FLUTE ENCHANTÉE – GTP, Aix-en-Provence, le 19 juillet 2014