Published on 19 juin 2013

JOURNAL DE BORD : JEUDI 13 JUIN

Robert Carsen répète Rigoletto à l’Archevêché. Il a choisi de représenter l’opéra de Verdi dans le monde du cirque. Les images sont fortes, parfois glauques, voire glaçantes. On est très loin de l’atmosphère aristocratique, décorative et légère qui est souvent associée à cet opéra. Carsen développe une vision plutôt sombre et centre toute sa mise en scène sur le personnage du bouffon Rigoletto, sa solitude, son égoïsme, sa dimension tragique. Cela n’empêche pas des moments de grande poésie, comme l’air “Caro nome” chanté par Irina Lungu à six mètres de haut sur une barre de trapèze.