Publiée le 7 mai 2013

JOURNAL DE BORD : DIMANCHE 5 MAI

Vasco Mendonça m’annonce avoir terminé aujourd’hui la partition de The House Taken Over, opéra sur un livret de Sam Holcroft inspiré d’une nouvelle de Cortazar. C’est une grande nouvelle ! Nous attendions non sans impatience la terminaison de cette partition. Il lui reste à peaufiner l’orchestration, travail qui va l’occuper dans les prochaines semaines.
Heureusement, les chanteurs Kitty Whately et Oliver Dunn ont reçu régulièrement les scènes précédentes au fil des mois, et des répétitions musicales ont déjà eu lieu sous la direction d’Etienne Siebens. Il y aura encore un certain nombre de «  musicales » en mai, et les premières répétitions de Katie Mitchell, début juin, alterneront travail musical et scénique. Pour une création, il n’y a pas de meilleur moyen de  faire pénétrer la musique dans les voix et les corps des chanteurs, en leur permettant de se focaliser alternativement sur la dimension musicale et la dimension théâtrale.

The House Taken Over, (La Casa tomada chez Cortazar, La maison envahie), c’est l’histoire d’un frère et d’une sœur plus très jeunes qui continuent à vivre ensemble dans une vieille maison de famille, empêtrés dans des rituels minutieux et obsédants : nettoyage, tricot… Progressivement, les pièces de cette maison vont être envahies, mais on ne saura jamais par qui ou par quoi… Leur espace vital se réduisant progressivement, ce couple étrange finira par prendre la fuite et quitter définitivement cette demeure qui les étouffait…

Vasco Mendonça est un jeune compositeur portugais, qui a travaillé autrefois auprès de George Benjamin. Il a pris part à l’« Atelier Opéra en création » en 2010, et nous a proposé ce projet. En 2011, l’Académie lui a proposé un workshop qui a permis de cerner les difficultés du passage de la nouvelle de Cortazar en pièce dramatique. En 2012, Katie Mitchell a accepté de mettre en scène l’opéra, et a réuni autour de Vasco une jeune équipe constituée de Sam Holcroft, écrivain, et Lyndsey Turner, dramaturge. L’alchimie qui s’est créée entre ces jeunes artistes a permis d’arriver à un livret qui me semble très beau et qui offre des solutions très convaincantes sur le plan dramaturgique.

La vénérable bastide du Grand Saint-Jean, château à moitié en ruines remontant au 16e siècle et situé à une dizaine de kilomètres du centre d’Aix, avait frappé l’imaginaire de Vasco Mendonça en 2010. Très naturellement, c’est là que cet opéra sera créé le 6 juillet 2013. Ensuite, la production partira en tournée, comme pratiquement toutes les productions du Festival d’Aix : Anvers, Strasbourg, Lisbonne, Luxembourg…. Katie Mitchell et son décorateur Alex Eales ont imaginé un décor qui sera posé devant le mur de la bastide et qui voyagera en tournée, s’adaptant ainsi au plein air comme aux salles traditionnelles.