— Académie — Au festival

Publiée le 23 juillet 2014

DE LA MUSIQUE EN 3D POUR UN ORCHESTRE VIRTUOSE DU XXIE SIÈCLE

À la veille de la création au Grand Théâtre de Provence de sa pièce Hidd’n Blue par l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée, le compositeur espagnol Francisco Coll a accepté de nous rencontrer pour revenir sur son parcours déjà riche.

À quand remonte votre première venue au Festival d’Aix-en-Provence ?

C’était en 2011 pour ma pièce Sguardo verso l’interno, commande du Festival d’Aldeburgh, de l’Académie européenne de musique du Festival d’Aix-en-Provence et de l’Académie du Festival de Verbier. Je garde un souvenir mémorable du travail avec Dimitry Rasul-Kareyev et le Quatuor Barbirolli.

Parlez-nous de votre parcours.

J’ai étudié la composition à Valence et à Madrid avant de partir à Londres suivre des leçons particulières auprès de Thomas Adès. En même temps, j’ai préparé un Master de composition à la Guildhall School of Music.

Comment définiriez-vous Hidd’n Blue ?

Comme une ouverture pour grand orchestre. J’ai commencé à l’écrire en 2009 quand le London Symphony Orchestra m’a passé commande. Ce qui ressort, à l’écoute, est le recours aux sonorités extrêmes, des notes les plus graves aux plus aiguës, du pianissimo au fortissimo. Selon moi, cette union des contraires représente notre époque, où seuls les extrêmes semblent compter. Dans Hidd’n Blue, tout paraît à la fois apaisé et déséquilibré. C’est de la musique en 3D pour un orchestre virtuose du XXIe siècle.

Comment se passent les répétitions ?

C’est un plaisir d’être ici. Aix-en-Provence est un endroit magnifique et très inspirant. Je suis impressionné de voir ce que l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée et Alain Altinoglu font de mon œuvre, car malgré l’exigence requise, ils la jouent avec beaucoup de naturel.

Comment vous sentez-vous à la veille de la création ?

Après avoir assisté aux répétitions, je suis très confiant et impatient d’être à demain.

Quels sont vos projets ?

Hidd’n Blue sera joué en septembre par l’Orchestre Philharmonique de Luxembourg sous la baguette de Gustavo Gimeno. Puis, en novembre, le Britten Sinfonia, le violoniste Pekka Kuusisto et le chef d’orchestre Thomas Adès créeront Four Miniatures pour violon et orchestre, une pièce inspirée du répertoire flamenco. En 2015, l’Orchestre national d’Espagne et le tromboniste Juan Carlos Matamoros, dirigés par George Pehlivanian, donneront la version révisée de mon concerto pour trombone, Tapias, de 2008, qui sera ensuite repris à Glasgow par le BBC Scottish Symphony Orchestra à la fin du mois de janvier.

Propos recueillis le 23 juillet 2014 par Anne Le Nabour