Un Festival mondial

Une très forte attractivité nationale et internationale

Fort de son succès, le Festival d’Aix accueille un grand nombre de spectateurs et de journalistes venus du monde entier.

Les spectateurs venus assister à un spectacle lyrique au Festival d’Aix repartent avec le souvenir d’une expérience forte d'émotion, d'audace et d'excellence dans le contexte unique d’un théâtre de plein air sous le ciel de Provence.

La presse internationale se déplace chaque année pour assister aux représentations du Festival. Ainsi, des journalistes du Financial Times, du New York Times, d’Opera Today, ou encore de Radio Canada font le déplacement jusqu’à Aix-en-Provence pour découvrir les nouvelles productions et créations du Festival d’Aix.

La qualité exceptionnelle des productions du Festival repose sur la présence, chaque année renouvelée, d’artistes de renom et de grands orchestres et chœurs.

Les dernières éditions ont notamment accueilli en 2015 Patricia Petibon et Philippe Jarroussky dans Alcina de Haendel dans la mise en scène de Katie Mitchell, ainsi que le London Symphony Orchestra sous la baguette de Simon Rattle pour la création de la version française du Monstre du labyrinthe de Jonathan Dove, ou encore Peter Sellars, metteur en scène de Iolanta et Perséphone, qui a rencontré un succès unanime auprès du public comme de la presse, puis en 2016 le cinéaste Christophe Honoré pour la mise en scène de Così fan tutte de Mozart, Stéphane Degout et Barbara Hannigan dans les rôles-titres de Pelléas et Mélisande de Debussy mis en scène par Katie Mitchell et le Philharmonia Orchestra sous la direction d'Esa-Pekka Salonen pour Pelléas et Mélisande et Œdipus Rex / Symphonie de Psaumes d'Igor Stravinski dans la mise en scène de Peter Sellars.

Attaché à la création contemporaine et à la relecture du répertoire, le Festival d’Aix est également un Festival résolument tourné vers l’avenir. Il entend sans cesse se renouveler afin de proposer chaque année au public des créations et des nouvelles productions qui font l’opéra de demain. Le Festival devient le laboratoire de l’opéra du XXIe siècle où création et répertoire s’alimentent l’un l’autre.

En juillet 2012 à Aix, l’immense succès de la création Written on Skin de George Benjamin, mis en scène par Katie Mitchell, retentit à travers le monde et distingue le Festival comme lieu de création de l’opéra d’aujourd’hui.

 


Un Festival qui rayonne à travers le monde

Depuis une dizaine d’années, la circulation croissante de ses productions sur les scènes et les écrans du monde entier a permis au Festival de se créer une image forte, très loin de son territoire.

En 2016, ce rayonnement a encore connu un bel essor. Winterreise de Schubert dans une mise en scène signée William Kentridge et interprété par Matthias Goerne, Svadba d’Ana Sokolović, la création mondiale en langue arabe Kalîla wa Dimna de Moneim Adwan mis en scène par Olivier Letellier (en juillet 2016 au Festival d'Aix) ou encore l'Elektra de Patrice Chéreau et le célèbre Rigoletto de Robert Carsen pour ne citer que quelques exemples, ont été représentés dans les plus grandes capitales européennes et américaines ainsi qu’en Asie et en Russie. Chaque fois, le rôle initiateur du Festival d’Aix a été souligné par la presse.
En 2015, Don Giovanni dans la mise en scène de Dmitri Tcherniakov (produit à Aix en 2010) et Rigoletto dans la mise en scène de Robert Carsen (produit à Aix en 2013) sont inscrits au répertoire du Théâtre du Bolchoï et La Traviata dans la mise en scène de Jean-François Sivadier (produite à Aix en 2011) est inscrite au répertoire du Staatsoper de Vienne.
En 2016, le Festival d'Aix-en-Provence produit Così fan tutte au Théâtre de l'Archevêché dans une mise en scène de Christophe Honoré pour la première fois en coproduction avec le Korea National Opera.
En 2017, Le Monstre du labyrinthe création d’opéra pour tous de Jonathan Dove mis en scène par Marie-Eve Signeyrolle (en juillet 2015 au Festival d'Aix) sera recréé à l'Opéra de Montpellier et à la Fondation Gulbenkian de Lisbonne.

Chaque année depuis 2008, le Festival retransmet ses opéras sur grand écran à l’étranger en direct du Festival et en différé.

Carte Google Map des retransmissions

En 2016, 85 projections gratuites pour le public ont eu lieu dans 36 villes et 20 pays, accueillant plus de 6000 spectateurs. Cette même année, les Instituts français de Madrid, Barcelone, Meknès, Bilbao, Yaoundé, Agadir, Beyrouth, Oujda, Prague, Ouagadougou, Kiev, Naplouse, Odessa, Huesca, Bucarest, Athènes, Naples, Ramallah, Hébron, Gaza, Jérusalem, Antananarivo, l’université Paris-Sorbonne à Abu Dhabi, le festival de Morelia à Mexico et le festival de Naxos ont programmé une saison de projections du Festival d’Aix.

 


Partenariats internationaux pluriannuels…

Chine

En octobre 2015, Bernard Foccroulle, Directeur général du Festival d’Aix, et Long Yu, Directeur artistique du Festival de Musique de Pékin, ont signé un partenariat pluriannuel inédit d’une durée de 5 ans qui sera inauguré en octobre 2016 avec la présentation du Songe d’une nuit d’été dans la célèbre mise en scène de Robert Carsen au Poly Theater à Pékin. Ce partenariat prévoit également des projets éducatifs et participatifs et l’accompagnement des jeunes artistes, créateurs et interprètes.

 

Russie

Le Théâtre du Bolchoï à Moscou et le Festival d’Aix-en-Provence entretiennent des liens de coproduction depuis 2010 avec le Don Giovanni de Dmitri Tcherniakov. En 2015, de nouveau tous deux coproducteurs de l’Alcina de Katie Mitchell, cette production entrera au répertoire du « grand » théâtre moscovite le 18 octobre 2017.
Dès le printemps 2017, le Bolchoï et le Festival d’Aix-en-Provence présenteront au public moscovite une biennale programmant une sélection des meilleures productions de chaque institution. C’est dans ce cadre qu’en avril 2017 Written on Skin et Trauernacht tous deux mis en scène par Katie Mitchell seront donnés pour la première fois en Russie.

 


… et dialogue interculturel

L’intérêt des partenariats internationaux du Festival va bien au-delà des aspects financiers liés aux coproductions : ils nourrissent le dialogue interculturel, l’innovation créative et favorisent l’échange de compétences.

Au-delà des grandes productions, les productions de format intermédiaire telles que Winterreise, Trauernacht, Svadba ou encore Kalîla wa Dimna connaissent également un véritable succès en tournée en France et dans le monde entier, dans des lieux souvent tournés vers la création contemporaine qui ne sont pas toujours calibrés pour accueillir des productions d’opéra.

La création et la circulation de nouvelles productions de formats alternatifs sont devenues l’une des marques de fabrique du Festival.


Le Festival d’Aix en Méditerranée

Le Festival contribue à renforcer la vitalité et la circulation de la musique et du spectacle vivant en Méditerranée en s’appuyant sur des échanges réciproques et dynamique valorisant la dimension européenne de la Méditerranée et l’identité méditerranéenne de l’Europe.

Pour cela l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée du Festival d’Aix propose à de jeunes instrumentistes talentueux de la région PACA et du bassin méditerranéen, sélectionnés sur audition dans une vingtaine de villes en Méditerranée, une expérience de la vie professionnelle de musiciens d’ensemble et d’orchestre en répétition ou en création, en concert à Aix et en tournée en Méditerranée. À travers deux sessions de formation (orchestre symphonique et ensemble de création interculturelle), ils bénéficient d'un encadrement pédagogique assuré par des musiciens prestigieux.

Créé en 2014 à l’initiative du Festival d’Aix-en-Provence, le réseau Medinea soutient le développement d’artistes émergents en Méditerranée.

Il se compose d’acteurs du secteur musical opérant dans les pays du bassin méditerranéen et établit une plateforme pour le recrutement d’artistes, les échanges d’idées (Rencontres Medinea) et le partage de bonnes pratiques. Il est devenu une ressource essentielle pour la sélection des musiciens méditerranéens et pour la diffusion des productions du Festival d’Aix en Méditerranée. En 2016, Medinea développe son rôle d’incubateur pour offrir aux artistes la possibilité de développer des projets interculturels à petits effectifs dans les pays partenaires (ateliers de médiation avec les publics, workshops d’entreprenariat culturel, résidences de création).

Résidences 2016