— Passerelles

Publiée le 23 juillet 2015

PUCK S’INVITE EN CLASSE…

Intervention en classe
© Vincent Beaume

Intervenante pour les services Passerelles, Fabienne a proposé cette année à des classes de primaire une découverte musicale du Songe d’une nuit d’été de Benjamin Britten. Retour sur l’expérience!

Dans le bois, Puck et les elfes se rencontrent : Les elfes au service de Tytania adressent leurs reproches au facétieux Puck. Certes, il est au service d’Obéron, mais vraisemblablement les plaisanteries et les mauvais tours sont sa spécialité. Ajoutons à cette liste tous les mauvais coups du sort et autres petites fautes inavouables. Mais Puck s’en sort par de joyeuses pirouettes, à la vitesse de… un tour de la terre en 40 mn !

C’est ce que les enfants ont mis en musique lors de notre première rencontre ; pour cela nous nous sommes essayés au jeu des « questions – reproches » avec des rythmes variés sur un tempo « fixe », et aux « réponses – pirouettes », « percutées ». Chaque groupe a rédigé en un clin d’œil sa (très) looooongue liste de « reproches »… le mauvais sort ne prend donc jamais de vacances ?

Les enfants ont ensuite décidé de leur création : l’organisation, l’utilisation des instruments en fonction des possibilités sonores, le lien avec le contenu de la phrase, etc. Ils se sont ensuite présenté aux uns et aux autres leurs réalisations, en situation de concert (écoute oblige).

Enfin, c’est notre deuxième rencontre, la pièce est prête et c’est tant mieux car c’est le jour du mariage de Thésée et Hippolyta !

Il nous faut :

– une musique cérémonieuse pour l’arrivée du Duc et de la Duchesse qui se marient (la marche nuptiale de Mendelssohn a été chantée de nombreuses fois en exemple, mais aussi la musique de Star Wars pour un mariage … obscur ?)

– des artisans qui ne sont pas des pros du théâtre, ni de l’écriture, mais qui entendent donner tout d’eux-mêmes et présenter leur œuvre hallucinante

– des artisans qui se sont un peu pris la tête avec leur accessoire de lune

– une belle musique de fin sur laquelle on danse (parfois même, pour de vrai, certains sont allés jusqu’à la chorégraphie).

Avant ce grand moment de création et de représentation, nous nous sommes essayés à la polyphonie, aux départs en canon, à nous écouter chanter ensemble pour « assembler » nos voix, à proposer des façon de se déplacer sur un tempo (nous avons convenu que si Thésée était boiteux, à contretemps ou se déplaçait par petits bonds cela risquait de compliquer le côté solennel), et à reproduire un court motif rythmique sur 4 temps.

> A écouter: “Puck et les Elfes”

Découvrez les enregistrements sonores de ces créations: